Retro Rogue-like : Dungeons of Dredmor

Après quelques dizaines d’heures passées sur Dungeons of Dredmor, il était temps de vous en parler.

Avec une timide apparition en début du mois de juillet, vous n’avez peut-être jamais entendu parlé du jeu ou même des rogue-like. Pas de panique, avec la lecture de cet article vous saurez tout sur le jeu et vous pourrez briller en société en expliquant la définition d’un rogue-like à vos amis.

 

  • Rogue et l’amulette de Yendor

Bien que le premier jeu s’approchant du genre a vu le jour en 1974 (dnd), l’origine des rogue-like ainsi que son succès remontent aux années 80. La popularisation du genre s’est faite grâce à Rogue (d’où l’appellation de rogue-like). Le principe même de Rogue est que le joueur doit se frayer un chemin dans un donjon à plusieurs niveaux tout en tuant la multitude de monstres qu’il va rencontrer. Les différents niveaux sont générés aléatoirement ainsi que la position des monstres, des trésors, des pièges, etc. Votre personnage va gagner de l’expérience en tuant les ennemis errants ou en réalisant certaines actions.

Dans Rogue, le joueur devait trouver l’amulette de Yendor. Il était impossible de remontrer à l’étage supérieur tant que l’amulette n’était pas en sa possession. Depuis le genre à bien évolué… Quelques images de Rogue :

 

Le jeu est intégralement représenté par des caractères ASCII pour pouvoir tourner sur des terminaux de type texte. Bien sûr cette série de caractères n’est pas dénuée de sens. Voici un exemple de ce que représente l’univers :

Si vous voulez essayer Rogue malgré ces quelques images et son ancienneté, il existe une version codée en java du jeu disponible à cette adresse.

  • Infos de dernières minutes

Issue d’un studio indépendant, Dungeons of Dredmor a fait son apparition sur Steam il y a un mois au prix de 4.99 euros. Il s’agit d’un rogue-like fort sympathique à petit prix qui devrait plaire à plus d’un.

Une fois le jeu lancé, il vous faut choisir votre nom, la difficulté, si vous souhaitez la mort permanente ainsi que sept capacités sur les 39 disponibles qui définiront votre style de jeu. Vous devez sélectionner la mort permanente pour plusieurs raisons. Premièrement, ce choix vous permettra de mourir de nombreuses fois et d’apprendre par l’erreur les mécanismes du jeu. Deuxièmement, la difficulté et l’expérience en jeu sera très différente étant donné que vous ne pouvez pas rejouer votre personnage s’il vient à périr. En effet, sans la mort permanente,  une fois que vous avez réussi à vous faire écarteler en deux pas un monstre, il est possible de charger votre dernière sauvegarde. Si vous sauvegardez régulièrement, l’échec ne sera plus un obstacle mais un simple chargement… Avec la mort permanente, à vous de réussir la partie parfaite !

Pour revenir aux 39 caractéristiques, elles sont pour le moins déroutantes. Entre le vampirisme, l’astrologue ou le mind probe, une multitude de choix s’offre à vous pour créer un personnage unique. Guerrier dans l’âme ou fouine  de type voleur, vous choisissez votre aventure. Après cette étape, il ne vous reste plus qu’à visiter le donjon de Dredmor.

  • Dungeons of Dredmor, tour du propriétaire

Vous voilà ô vaillant chevalier prêt à descendre les dix niveaux du donjon pour aller vous faire botter les fesses de Dredmor, le sorcier. Comme tout rogue-like, Dungeons of Dredmor se déroule au tour par tour. À chaque fois que vous allez effectuer une action : déplacement, frappe, crochetage des portes… Un tour se passe. À chaque fois que vous effectuer une action, les ennemis aussi vont en faire une. Vous avez tout le temps nécessaire pour réfléchir au déroulement de votre futur combat. Une grande possibilité de choix s’offre à vous. En dépit des caractéristiques que vous avez choisi un peu avant, vous pourrez user et abuser de vos pouvoirs.

Pour vous aidez dans votre quête, vous allez trouver sur votre chemin, une tonne d’objets plus ou moins nécessaire au déroulement de votre aventure. Nous pouvons vous citer : des tas de potions avec, pour la plupart, des effets aléatoires; de l’équipement pittoresque (à vous le plaisir de découvrir ces items); des dizaines de fromages goûteux qui constituerons avec la viande, l’une des sources physique pour vous soigner; un bestiaire varié.

Votre progression sera fera donc avec un amoncellement de cadavre derrière vous. Plus vous avancerez dans l’aventure et plus vous gagnerez en niveau ce qui vous permettra d’acheter et d’améliorer certains sort/caractéristique. Chaque niveau vous donne un point qui va être utilisé dans l’arbre des compétences. La difficulté étant croissante en fonction de la profondeur du donjon dans laquelle vous vous trouvez, il est vital de dépenser vos points sagement.

  • Un jeu popcorn qui a du goût !

Vous l’avez compris, le jeu est fun et c’est un plaisir de claquer son écran au sol quand au dernier niveau, malencontreusement, vous avez confondu la potion de vie et la potion d’acide entraînent votre personnage à mourir en se tordant de douleur. Dans cette situation, il est normal de quitter le jeu et de rager sur RetroGamer qui vous a fait acheter le jeu. Le lendemain après avoir passé votre rage sur votre copine, il est plaisant de relancer le jeu pour aller affronter de nouveau, les hordes de Dredmor ! Nous vous avons donné un rapide aperçu de Dungeons of Dredmor et nous ne pouvons que vous pousser à essayer le jeu. Vous ne pouvez pas passer à côté de ce genre/jeu qui est aujourd’hui en pleine réapparition. Si vous aimez les bons jeux qui ont de l’humour et que vous chercher à renouer ou découvrir ce genre, n’hésitez pas, Dungeons of Dredmor vaut le détour pour la modique somme de 4.99 euros.

Un trailer pour finir ce test en beauté :

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

In an effort to prevent automatic filling, you should perform a task displayed below.